Now you can Subscribe using RSS

Submit your Email
Touch ME slider for IOS, Android and Desktop.
Hardware accelerated using CSS3 for supported iOS
and enjoy the Amazing Slide Experience.
20 Mar 2016
Responsive Design, that will make you blow away.
Hardware accelerated using CSS3 for supported iOS
and enjoy the Amazing Slide Experience.
20 Mar 2016
Flexible Display providing efficient compatibility.
Hardware accelerated using CSS3 for supported iOS
and enjoy the Amazing Slide Experience.
20 Mar 2016
Customize it to the deepist according to the needs.
Hardware accelerated using CSS3 for supported iOS
and enjoy the Amazing Slide Experience.
20 Mar 2016

dimanche 10 avril 2016

Le printemps

Pascaline


Je suis sur le pas de ma porte.
J'observe mon chat.
Mon chat qui vient de se mettre en planque dans les lys.
Mon chat qui surveille deux jolies mésanges qui nous tournent autour depuis quelques jours.
Deux mésanges qui scrutent de petits vers de terre qui grouillent de vie dans nos terres pleins.
Des vers de terre qui regardent se déplier mes fougères.
Mes fougères d'amour qui se dressent vers le soleil naissant du printemps qui s'installe.
Le soleil qui irradie de sa belle énergie toute notre famille.
Notre famille qui pousse, qui grandit fort chaque jour au rythme de la plus jolie fleur du jardin.
Notre jardin chéri, notre jardin joli, notre jardin la vie.

mercredi 16 mars 2016

Désintox

Pascaline
C'est sans doute l'arrivée d'un printemps soudain.
L'envie de profiter d'un bol d'oxygène qui s'inviterait dans mon quotidien.
Je suis en désintoxication. Je ne vais pas aux réunions, mais ça fait 7 jours que je n'ai pas utilisé ma voiture pour effectuer les 600 mètres qui me séparent de mon travail. Oui, non, mais y a une côte du genre pentue qui te prive d oxygène après deux enjambées, c'est pour ça, la voiture. C'est la honte oui. Depuis deux ans. Voiture. Monter le matin. Descendre à midi. Remonter à 14 heures. Redescendre à 17h.
Sauf que là depuis 7 jours, je vous dis. Je marche. Je regarde la couleur du ciel. Je respire l'air frais du matin. Je ressens mes poumons qui me brûlent tout en haut de la côte, mais bon. Je souris aux automobilistes qui me laissent traverser au passage piéton. Je profite du chant des oiseaux. Je regarde passer les trains. Je fais chemin avec un petit lézard. Je constate l'avancée des travaux du chantier voisin. Je dis bonjour aux gens du quartier, même ceux que je ne connais pas ni d'Eve ni d'Adam. 7 jours que mes pieds se sentent utiles dans la vie. Que je me hâte de redescendre la colline pour retrouver mes chéris, et apprécier les ombres que dessinent le soir.

J'ai utilisé ma voiture lundi pour faire une course. Trop vite, trop seule. Moi, ma radio, ma rapidité, mon envie de tout faire vite, les courses toussa. Pas aimé. Bien sûr c'est pratique. La pluie. La famille nombreuse. 
Non, moi, mes pieds, ma lenteur, et ma douleur ont est contents. On marche.



lundi 29 février 2016

La belle petite personne / les perles du moment

Pascaline
Un coup d'oeil dans le rétroviseur hier soir.
Le soleil éclairait son visage sans sucette.
Je ne l'ai pas reconnue.
Gabrielle a poussé comme une jolie fleur de printemps.







Les grosses larmes et les cris stridents systématiques des soirées d'octobre ont disparu.
Les vacances qui ponctuent l'année arrivent toujours à point nommé, quand elle comme nous, sentons qu'on est au bout du bout. Le rythme de l'école est source de pression pour les enfants comme pour les parents. Pas le temps de prendre un long bain ? pas grave, toilette de chat. Un plat unique pour toute la famille. Un jeu pour se focaliser sur la priorité du repas : manger. Le coucher est une infinité de petites négociations. Plus ou moins faciles à remporter. Chaque soir a sa une petite mécanique fragile mais qui fonctionne à merveille. Ou pas du tout, c'est selon.

Les seules tensions qu'elle nous donne à vivre finalement, concernent son insatiable envie de grandir. Je veux faire toute seule. Je l'avais pressenti alors qu'elle n'avait que 2 mois et demi. Une impatience folle, une frustration d'être enfermée dans un corps qui ne savait rien faire. Aujourd'hui rien n'a changé. Elle continue de ne pas écouter quand on lui dit qu'elle est trop petite pour telle ou telle compétence. Elle essaie quand-même et finit par faire de travers. C'est difficile de lui dire tu vois, il faut encore grandir un peu, quand elle n'attend que ça. N'est-ce pas en expérimentant qu'on apprend ?

Elle connait quasiment toutes ses lettres de l'alphabet grâce aux prénoms des copains de l'école.
Elle cherche à lire avec avidité toutes les lettres que ces yeux rencontrent, un livre, un panneau de direction, une enseigne. Cet acharnement pour apprendre, ça laisse rêveur.

C'est toujours un vrai plaisir de la regarder vivre, évoluer. Découvrir cette petite étrangère qu'on connaît par cœur. Sentir qu'elle aime converser, dialoguer. L'occasion pour elle de placer un panel d'adjectifs qu'elle essaie au rythme d'exclamations enjouées. Parfois ça tombe à côté, et c'est drôlissime de mignonnerie. A tel point qu'on peine à la corriger.

Je vous laisse avec quelques perles de son cru. C'est la seule solution que j'ai trouvée pour ne pas les oublier. Les consigner ici. Secrètement, précieusement, amoureusement.

Indignée
"Tu te rends compte Maman. Papa m'a donné de l'eau plate au lieu de l'eau qui pique.
Mais on donne pas de l'eau plate aux gens, quand même !"
(Scandaleux, montons une pétition !)

Cascadeuse
Au supermarché. Faisant l équilibre sur un chariot roulant à pleine vitesse qui fonçait droit sur un mec perdu au beau milieu d un rayon, elle crie : attention, chariot-trottinette !!!!
(Mais oui Monsieur l égaré, on se pousse, au lieu de glousser... )

Philosophique
La semaine dernière, comme ça, elle sort :
"Je veux plus aller à la crèche, je veux plus aller à l'école.
Je veux être une adulte".
(Ben non. Nous, on n'est pas pour)

Mauvaise foi
Sa copine Marylou et elle sortent de la chambre de la Marylou. Marylou a été sauvagement maquillée sur tout le visage au feutre vert. L'arme du crime est dans la main de Gabrielle. La maman de Marylou explique que c'est pas fait pour. Mauvais pour la peau bla-bla-bla, puis elle ajoute en regardant Gabrielle, que par contre, c'était super joli. Gabrielle rentre chez elle et explique la bêtise à son papa. Son papa ne semble pas approuver non plus (même si intérieurement il se poilait).
Et là, ma Gabrielle qui ne se démonte pas : "oui mais, elle était jolie ma bêtise !"
(Oui, c'est vrai, ça excuse tout.)

En apesanteur
- Ce matin, Gabrielle, on va au Planétarium pour voir les étoiles et les planètes.
- Mais Maman, comment on va faire pour voler ?
(Ben, on va prendre notre tapis volant, ma chérie. Tu le vois ? Je l'ai garé là !)

Mystique
Elle trace des lettres capitales partout, tout le temps.
Un jour, elle veut écrire bébé, et trace un b en script.
Surprise, je lui dis : '"mais d'où tu sors ce b ?"
Très grave, elle répond : "Je le sors... de mon corps."
(Vous vous attendez à une petite réflexion marrante, j'avoue, là, non, rien à dire. Bouche bée, je l'ai pas vu venir celle-là.)

****
Photos de notre petite balade à 4 filles dans un petit bois de Ste Foy les Lyon

Nous suivre par mail

Coprights @ 2016, Blogger Templates Designed By Templateism | Distributed By Gooyaabi Templates