Top Social

Blog de maman, parentalité, DIY, activités pour les enfants, culture et autres coups de coeur à Lyon et ailleurs

Le bout du tunnel ou c'est quand qu'on arrive ?

|
Il est des jours où tu te forces à sortir de chez toi, tu motives tes troupes, il pleut, il fait presque froid, ton bébé grogne depuis le lever mais tu y crois, ça fait un mois et demi que tu te retiens d'aller découvrir le tunnel que l'Europe toute entière envie, pour laisser passer les foules. Et ben ce jour-là tu ferais mieux de rester chez toi.

Pas assez de place pour les piétons
On se gare facile, (c'est là la rigolade du tunnel estampillé modes doux et bons pour la planète, quand beaucoup de curieux comme nous y viennent en voiture, bref). C'est parti. Après à peine quelques mètres, je trouve le chemin dédié aux piétons trop étroit. Dés le début ça me gêne aux entournures. Je piétine souvent la piste cyclable pour pouvoir croiser les piétons qui marchent à contre sens. Mon bébé veut marcher. C'est pas possible d'être côte à côte mon chéri mon bébé moi. Moche. C'est pas prévu pour la balade peut-être me direz-vous ? OK mais un petit mètre de plus je trouve que ça n'aurait pas été du luxe.
Il faut savoir que quand on arrive au stade des fameuses luminosités, on est vraiment dans la pénombre. Résultat les vélos, on ne les voit pas venir, et comme on les entend pas non plus...

Les projections lumineuses trop redondantes
Revenons sur les projections lumineuses. En une traversée qui nous a pris sûrement plus des 20 minutes initialement prévues pour des marcheurs normaux (et pas deux gagas et leur fille trotte-menu), on a vu les seules et mêmes vidéos en boucle du début à la fin.
Des vieux films en noir et blanc de l'Institut Lumière. (Rien à voir avec la photo ci-dessus qui n'est pas à moi.)
C'est sympa au début, surtout que Benoit a repéré un mec de 1896 sur un fixie faire une marche arrière (roll back pour les initiés) mais pendant 20 minutes quand tu n'as que ça à regarder, c'est plombant.
Je ne sais pas vous mais j'en ai vu passer des photos magnifiques et prometteuses sur ledit tunnel, nous on s'attendait à un son et lumières façon 8 décembre. Naïvement je pensais que des animations diverses et variées étaient dispatchées sur tout le long du tunnel. Faux.

Pas de navette pour les flemmards
Je pensais aussi, qu'il y avait une navette pour les piétons souffreteux comme nous. Faux. Je vous avoue qu'après une traversée avec un bébé un rien chiant (appelons un chat un chat), moi j'en pouvais plus, pas envie de me retaper les Frères Lumière pendant 30 minutes.
Désemparés à l'arrêt de bus, avec une furie à divertir, on a attendu que le bus qui passe par là, s'arrête. 10 minutes d'attente, une chance. Le chauffeur vraiment sympa nous a offert la traversée.
Au retour, je vous le donne en mille, les projections avaient changé... A 5 minutes près on a loupé la nouvelle thématique. Dégoûtés.

J'avais tellement envie de tout critiquer quand je suis sortie de là, que même mes Rives de Saône chéries en ont pris pour leur grade. A tel point qu'en arrivant proche de l'Ile Barbe, je vois un truc flotter genre bidon blanc rectangle de 50 litres, et je dis à Benoit, mais les gens c'est vraiment trop des cons ils balancent à l'eau même des des... cygne, un cygne finalement qui redescendait tranquillement le cours de l'eau.  Un peu la honte, mais ça m'a fait éclater de rire, et redescendre mon niveau de bave de crapaud qui veut salir la blanche colombe. Ben a dit qu'il y retournerait en vélo. Moi je suis pas sûre. La prochaine fois qu'il y va, je reste chez moi. Na. La traversée du tunnel modes doux, j'ai pas aimé.
Be First to Post Comment !
Publier un commentaire